Norme d'alcoolémie autorisée en 2019-2020

Les conducteurs sont tenus de savoir quelle norme d'alcoolémie autorisée est approuvée en 2019-2020, combien de ppm sont «légales» lorsqu'on les mesure avec un alcootest et ce qui affecte cette valeur, à l'exception de l'alcool. De l'avis de l'amateur de voitures, la dose minimale d'alcool ivre, ne sera pas exonérée si la police de la circulation s'arrête et nécessite un test. L’écart de l’indicateur par rapport à la norme est influencé par certains produits et médicaments familiers, dont les conducteurs devraient se souvenir et s’abstenir de les utiliser avant de conduire, afin de ne pas devenir un intrus.

Alcool permis

Un tel concept, tel que la norme admissible d'alcool ivre dans le sang en 2019-2020, n'existe pas. Le fait est que chaque organisme a besoin d’une dose différente d’alcool pour se sentir intoxiqué. 50 g sont suffisants pour provoquer des vertiges et une bouteille complète ne suffit pas. Mais vous ne devez pas vous fier aux manifestations internes et externes de l’intoxication. Ralentir les réactions du système nerveux central commence par le premier verre d'alcool d'une boisson alcoolisée. La dose minimale de 2-3 gorgées de bière affecte le corps et il n'est pas nécessaire que cela soit accompagné de signes évidents. Une personne parle de manière cohérente, ne se sent pas étourdie, mais le processus dans le corps commence.

C'est une erreur de s'appuyer sur des tables trouvées sur Internet avec des quantités d'alcool acceptables. De telles sources affirment que l'alcootest ne présentera pas d'écart par rapport à la norme si une personne boit 50 g de vodka. Les données affichées sur le réseau montrent même le taux de vieillissement de l'alcool. Si vous croyez ces indicateurs, un verre de vodka disparaîtra dans 3-5 heures. Mais il faut garder à l'esprit que chaque organisme assimile et élimine l'alcool à sa manière. Les personnes grasses sobrent plus rapidement que les personnes minces, mais le poids corporel n’est pas le seul indicateur; il dépend du mode de vie, du taux métabolique et de l’état du tractus gastro-intestinal. Après une forte boisson alcoolisée, il est conseillé de ne pas conduire pendant la journée, car même après 12 heures, le cerveau et la moelle épinière sont libérés des effets résiduels de l'alcool.

Important! Vous ne pouvez pas conduire une voiture avec une quantité d'alcool ivre. Les dispositifs de détection de ppm dans l'air expiré par les poumons comportent une erreur, de sorte qu'un indicateur allant jusqu'à 0,16 mg / l est considéré comme acceptable. La déviation vers le haut est une violation. Mais un alcootest montre un résultat similaire non seulement si une personne buvait et il faut s'en souvenir!

Méthodes de contrôle

Tester la détection de l’alcool de deux manières:

  1. Utilisez un alcootest, un dispositif spécial pour mesurer les ppm d'alcool dans l'air expiré au cours d'un cycle respiratoire, expirez.
  2. Test sanguin. Il est remis à l'établissement médical le plus proche du lieu d'identification du conducteur "suspect". La deuxième méthode est utilisée dans les cas où une personne est incapable de réussir un test rapide avec l'alcootest, refuse d'effectuer la procédure ou a confiance en son innocence et en la non-infondance des accusations portées par l'agent de la circulation.

En 2019-2020, il a été établi combien de ppm sont autorisés dans le sang: l'indicateur minimal pour mesurer avec un alcootest est de 0,16 mg / l et pour donner du sang veineux - 0,35 mg / l.

Ce qui affecte le résultat

Il existe des faits connus lorsqu'un appareil de mesure du ppm présente un écart par rapport à la norme, même si ce jour-là une personne n'a pas bu d'alcool. Les indicateurs plus élevés qui ne correspondent pas à l'erreur autorisée de l'alcootest provoquent:

  1. Médicaments contenant de l'alcool. Il s'agit généralement d'un sirop contre la toux, antipyrétique et sédatif.
  2. Produits contenant de la levure vivante: kéfir, kvas, pain brun.
  3. Assainisseurs oraux.
  4. Topings pour les boissons au café.
  5. Bananes ou agrumes trop mûrs.
  6. Certains desserts dans lesquels il y a beaucoup de glucides ou avec des imprégnations d'alcool.

Chaque organisme réagit différemment à ce que l'on mange. Par conséquent, les conducteurs doivent être vigilants et s'abstenir de les manger.

L'indicateur accru de l'alcootest est également affecté par:

  1. Dysfonctionnement de l'appareil, qui peut se casser en raison d'une utilisation incorrecte. Par conséquent, si le conducteur a confiance en sa "propreté", il peut demander à remplacer l'appareil et à effectuer un nouveau test.
  2. Inspecteurs d'escroquerie. Certains officiers du DPS simulent délibérément de faux résultats de test pour être payés.

Si une personne n’est pas d’accord avec les résultats du test, elle a le droit d’exiger que des tests appropriés lui soient administrés dans un établissement médical.

Enquête

Si les agents de la circulation routière ne mesurent pas le nombre de ppm avec un alcootest, cela équivaut à de l'ivrognerie. Par conséquent, les conducteurs doivent se rappeler quelques règles avant de commencer un test:

  1. Il n'est pas interdit de clarifier l'erreur du dispositif utilisé par les inspecteurs.
  2. La police de la circulation doit fournir des informations sur la date de la dernière inspection de l'appareil.
  3. Le conducteur a le droit de demander un enregistrement vidéo des résultats du test.
  4. Lors des tests, deux témoins doivent être présents et les autres inspecteurs de la police de la circulation ne peuvent pas remplir ce rôle.
  5. Le conducteur a le droit de voir comment l'inspecteur déballe un nouvel embout jetable. Personne ne devrait y toucher avant de tester.

Si, malgré la confiance en l'innocence, le dispositif affiche plus de 0,16 mg / l, le principal est de ne pas signer l'accord avec l'indicateur. Les pilotes notent le rejet des résultats. Après cela, vous devez vous rendre rapidement à l’institution médicale la plus proche et faire un don de sang veineux pour analyse. En cas de litige, les résultats de l'analyse joueront un rôle décisif.

Sanction pour dépassement de la norme autorisée d'alcool dans le sang pour la première fois - privation des droits jusqu'à deux ans ou une amende de 30 000 roubles. En cas d'infraction répétée, l'amende passe à 300 000 euros, une peine d'emprisonnement allant jusqu'à 2 ans est ajoutée, ou une peine d'emprisonnement allant jusqu'à 3 ans et le travail forcé allant jusqu'à 480 heures. Par conséquent, les conducteurs doivent faire attention. Rappelez-vous quel est le taux d'alcoolémie autorisé dans le sang en 2019-2020, essayez de ne pas consommer d'aliments qui augmentent ce taux et ne vous saoûtez pas.

Laissez Vos Commentaires